La simplicité du prêt à planter

La simplicité du prêt à planter

La culture de l’ail est une des plus simples et des plus faciles à réussir avec très peu de travail.

> Une culture peu exigeante
Une précaution indispensable : planter dans un sol qui n’a pas porté, les années précédentes, une plante de la même famille : ail, échalote, oignon, poireau.
L’ail pousse dans tous les sols pourvu qu’ils soient aérés et non sableux. Il se contente des reliquats de fumure des cultures précédentes. Une fumure de fond, pourvue en potasse et en soufre mais non azotée, peut néanmoins être profitable.
L’ail est une culture facile d’entretien : si l’on a pris soin d’utiliser des plants certifiées pour éviter les maladies transmises par la semence (virus, pourritures, nématodes), il nécessite rarement des traitements.

> Une plantation rapide
Séparez les caïeux (gousses) juste avant la plantation et ne conservez que les plus gros, sains et bien formés. Les petits caïeux du centre de la tête peuvent être utilisés pour la cuisine. Plantez les caïeux à 3 cm de profondeur, pointe en haut, espacés d’environ 10 cm, sur des rangs distants de 30 cm. Dans les terrains qui se ressuient mal, on plante sur des billons d’une dizaine de centimètres de hauteur. On peut aussi planter plus serré pour la production d’aillets dont l’arrachage précoce éclaircira la plantation destinée à une récolte plus tardive.

> Un entretien limité
Quelques binages pour éliminer les mauvaises herbes et, si le mois de mai est sec, des arrosages au moment de la formation des bulbes suffiront à obtenir une culture pleine de vigueur.

 

calendrier de plantation de l'ail

 



Haut de page