Presse

Communiqués généraux

La France, leader mondial des semences

11 décembre 2014

Malgré une baisse conjoncturelle du solde de la balance commerciale, les exportations françaises de semences et plants restent à leur plus haut niveau.

En 2013/14, la filière accuse le coup de trois années de croissance exceptionnelle des exportations (+16% en moyenne) qui ont amoindri les stocks en semences de maïs et oléagineuses, 1er et 3ème postes à l’export. Afin de les reconstituer, les opérateurs français ont fait appel à leurs partenaires hors du territoire national, en plus d’augmenter considérablement leurs productions, pour faire face à la demande française et internationale. A cela, s’ajoutent des tensions géopolitiques sur les principaux marchés de la France, qui ont impacté à la baisse les volumes exportés, notamment à l’Est de l’Europe, mais aussi sur l’Afrique et le Moyen-Orient.

En conséquence, les importations bondissent de 17% à 685 M€, tandis que les exportations marquent le pas et se stabilisent à 1 418 M€, entraînant un recul de 12% du solde de la balance commerciale qui se maintient néanmoins au niveau élevé de 733 M€.

Malgré ce ralentissement, la part des semences et plants dans le solde de la balance commerciale du commerce extérieur français des produits agricoles, sylvicoles et piscicoles, progresse sensiblement de 17% à 24% en raison d’une diminution sensible des exportations de céréales en volume et en valeur (-62 M€).

La France reste le leader mondial des exportations de semences de grandes cultures[1]. Les entreprises de la filière, en majorité des PME[2] et des coopératives, rayonnent sur 150 pays à travers le monde.

La croissance des exportations est tirée par les semences potagères fines[3].

Si le maïs reste la première espèce exportée avec un total de 583 M€, soit 171 709 tonnes et représente 51% du solde de la balance commerciale, les exportations se maintiennent à un bon niveau grâce aux potagères fines qui dégagent un excédent record de 214 M€ dû à un total exporté jamais égalé de 338 M€. Dans une moindre mesure, les plants de pomme de terre participent aux résultats avec de nouveaux records réalisés à l’export (63 M€) et par le solde de la balance commerciale en hausse de 13% à 45 M€.

63% des exportations de semences potagères fines se concentrent sur le marché européen. Elles progressent plus particulièrement vers les Pays-Bas et l’Espagne. Sur les pays tiers, elles gagnent 48% sur les USA, 35% sur le Brésil et 36% sur l’Australie.

L’Union européenne confirme son rang de première zone cliente de la France.

72% des exportations de semences françaises sont à destination de l’Union Européenne, avec l’Allemagne qui affirme son poids prépondérant au sein de la zone (256 M€). Cette année, une reprise sensible des importations (+9%) et des exportations qui marquent le pas (+3%) conduisent à une stabilité du solde de la balance commerciale à 651 M€ avec les autres pays de l’UE. L’entrée de la Croatie dans l’espace communautaire participe pour 13% à la progression des exportations.

La croissance à l’export est principalement portée par les potagères fines en hausse de 20% (+35M€). Viennent ensuite les oléagineux (+7 M€) et les plants de pomme de terre (+6 M€).

La filière n’est pas épargnée par les tensions géopolitiques à l’international

Le solde excédentaire des échanges dela Franceavec les pays tiers chute de 40% et atteint 151 M€. Il est le reflet d’une baisse sensible (-8%) des exportations sur les principaux marchés de la France conjuguée à des importations qui bondissent de 36% suite aux besoins accrus de la France en semences de maïs et oléagineuses.

La CEI Occidentale[4] reste la première zone cliente de la France sur les pays tiers, malgré un recul de 17% des exportations, essentiellement sur l’Ukraine et la Russie. Les semences de tournesol sont les plus touchées devant le maïs et les betteraves sucrières. Sur la plupart des autres régions, le solde de la balance commerciale s’altère du fait d’importations élevées, mais aussi d’exportations en recul sur les zones touchées là encore par des tensions géopolitiques. Seules l’Egypte et la Libye font mentir cette constatation. La France enregistre de bons résultats sur la Suisse et la Norvège dont les importations ont plus que doublé (potagères). Enfin en Asie, le solde de la balance commerciale repart significativement à la hausse après deux années successives de régression. Cette situation résulte d’une baisse sensible des importations (-12%) et d’une reprise significative des exportations portées par le maïs à destination du Japon (+41%), les plants de pomme de terre qui arrivent sur le marché ouzbek et les potagères fines en croissance sur la CEI Asiatique[5] (+20%), le Japon (+25%) et l’Inde (+11%).

[1] Hors potagères
[2] MICRO E : 24%, PME : 51%, ETI : 18%, autres : 7%
[3] Y compris le maïs doux
[4] Belarus, Moldavie, Russie, Ukraine
[5] Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan

Contact :

François Burgaud – Directeur des Relations Extérieures
Tél : 01 42 33 76 94 - francois.burgaud@gnis.fr

Delphine Guey – Responsable des Affaires publiques et presse
Tél : 01 42 33 88 27 / 06 08 28 49 12 - delphine.guey@gnis.fr



Cliquez sur une photo pour l'obtenir en haute définition.

Les 10 premiers pays marché intérieur Semences
Les 10 premiers pays marché intérieur Semences

Les 10 premiers pays exportateurs Semences
Les 10 premiers pays exportateurs Semences




Haut de page